Historique, élégante et raffinée : Venise, ville d'art à la fois source et actrice de nombreuses histoires.

Certains des plus célèbres peintres l'ont immortalisée dans leurs tableaux, ou s'en sont inspirés, notamment Giorgione, Titien, Tintoret, Tiepolo, Canaletto et Guardi. Shakespeare l'a mise en scène dans « Le Marchand de Venise ». Goldoni l'a décrite dans « Il Campiello » lors d'une journée du carnaval. Goethe la décrit dans son « Voyage en Italie ». Shelley y est arrivé en gondole dans ses « Poèmes vénitiens » et les personnages principaux de l'« Amant de Lady Chatterley » sur un vaporetto. Wagner a su l'apprécier de son siège à la terrasse d'un café depuis le splendide « salon » qu'est la place Saint-Marc. Le jeune Proust l'a adorée, il entendait sa mère lui lire « Les Pierres de Venise » de Ruskin, avant même de l'avoir vue. Aschenbach l'a désirée dans « Mort à Venise » de Michael Mann.
La vivacité artistique et culturelle de ces personnages correspond au style unique de l'architecture vénitienne. Plus de 400 ponts, 150 canaux et 6 sestieri (quartiers) embrassent un dédale romantique de calli (routes, rues et ruelles), campi et campielli (grandes et petites places). Chaque coin de Venise reflète le charme intemporel de la ville vénitienne qui, avec sa lagune, figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1987.

VISITE GUIDEE DES CALLI, CAMPI AND CAMPIELLI

La Serenissima est une ville qu'il faut admirer à pied, mais également dans une gondole, comme Hemingway le propose dans son « Au delà du fleuve et sous les arbres ». Le Grand Canal majestueux héberge la traditionnelle régate historique et sépare la ville en deux dans un brouhaha de gondoles et de vaporetti qui vont et viennent. Elle est traversée par des ponts célèbres. Les ponts les plus célèbres sont Ponte degli Scalzi, Ponte dell'Accademia et Ponte della Costituzione, œuvre de l'architecte espagnol Santiago Calatrava, et l'ancien Ponte di Rialto, construit avec de la pierre d'Istrie, une des destinations les plus populaires avec le marché pittoresque du Rialto où vous pouvez acheter du poisson frais, des fruits et des légumes. Le cœur de la ville est la Piazza San Marco (Place Saint-Marc), la seule à être appelée « piazza » pour la distinguer des autres qui sont tout simplement des « campi ». De la Piazzetta dei Leoncini vous pourrez admirer la Basilique Saint-Marc et, en face, le Campanile (le clocher), surnommé « el parón de casa » par les Vénitiens d'où Galilée fit une démonstration du télescope à la seigneurie de Venise, et en haut duquel se tient la statue en or tournante d'un ange qui se déplace avec le vent. Pour profiter d'une vue magnifique élevée la Torre dell'Orologio (Tour de l'horloge) est l'endroit idéal. Ses plus extraordinaires pièces sont l'horloge astronomique en or et émail bleu, et les Maures de Venise, deux statues de bronze d'un vieux et d'un jeune bergers, qui marquent les heures en frappant la cloche avec leurs marteaux. L'entrée de ce splendide bâtiment est au début de la Mercerie, où vous trouverez des magasins, des boutiques et des étals de souvenirs.

Le palais des Doges, où résidait le Doge, est aujourd'hui le Musée civique, un des symboles de la ville. En passant sous le célèbre Pont des Soupirs, une passerelle suspendue reliant le Palais des Doges à l'ancienne prison adjacente, il est impossible de ne pas ressentir l'atmosphère des prisonniers qui « soupirent » en pensant à leur liberté perdue. Giordano Bruno, Silvio Pellico, Niccolò Tommaseo et Giacomo Casanova, après son évasion de la prison Piombi, comptent parmi les plus célèbres prisonniers. Le long de la Piazza on découvre ensuite le Procuratie Nuove qui abrite le musée Correr, la Procuratie Vecchie et de nombreuses boutiques, cafés historiques et orchestres de danse en plein air, l'aile napoléoniennes avec le splendide salon et la Biblioteca Nazionale Marciana.
A quelques minutes de la Piazza San Marco, ne manquez pas de visiter le théâtre « La Fenice » que Giuseppe Verdi choisit pour les premières représentations de ses « Attila », « Ernani » « Rigoletto », « Simon Boccanegra » et « La Traviata ».
Venise compte aussi des centaines de « palazzi » qui offrent tous un grand intérêt historique, architectural et artistique : Ca' d'Oro, désormais un musée abritant des œuvres rassemblées par Giorgio Franchetti et ainsi nommé car, à l'origine, des parties de la façade étaient recouvertes d'or. Ca' Vendramin Calergi abrite le Casino de Venise où mourut Wagner ; Ca' Foscari, devant laquelle, au cours de la régate historique se tient le ponton flottant (la « machina ») où les vainqueurs reçoivent leur prix ; Palazzo dei Leoni qui abrite la Collection Peggy Guggenheim ; Ca' Rezzonico abrite le musée de Venise au 18e siècle, le Palazzo Grassi, un des principaux centres de la ville pour des expositions d'art ; Ca' Pesaro, la maison du musée d'art moderne et le musée de l'art oriental ; Ca' Dario est l'un des plus marquant, car il est lié aux tragédies qui ont marqué la vie de tous ses propriétaires au cours des siècles, et le Fontego dei Turchi qui abrite le musée d'histoire naturelle civique vénitien. 


LA DAME DES SPECTACLES

« Semel dans anno licet insanire », « une fois par an, il est licite de perdre la tête » dit un vieux dicton latin, ce qui décrit de manière idéale l'ambiance surréaliste du carnaval de Venise dont la renommée est internationale avec celle du carnaval de Rio de Janeiro. D'élégants masques de carnaval et des costumes somptueux se rencontrent dans le « salon » de la Piazza San Marco transformée, pour l'occasion, en une scène à ciel ouvert. Spectacles, concerts et récitals se succèdent avant le vol traditionnel de la colombe ou vol de l'ange, au cours duquel un acrobate descend du clocher de la tour Saint-Marc la Piazza sous les yeux de la foule extasiée. Tout s'arrête le Mardi Gras et lors de la « Vogata del silenzio" (Parade silencieuse des avirons), promesse de se revoir l'année prochaine. Aucun amateur d'art ne devrait manquer la Biennale de Venise, l'un des plus prestigieux événements d'art contemporain dans le monde, et le Festival International du Film à Lido di Venezia, où le Lion d'or est attribué.


SPRITZ, CICHETI ET DELICES POUR LE PALAIS

Une visite de la cité des Doges ne saurait être complète sans une dégustation de la cuisine vénitienne. Un spritz ou un ombra de vin, accompagné de cichéti, en-cas vénitiens typiques, sont un rituel obligatoire, que tout visiteur de la ville se doit d'essayer, dans l'un des nombreux bàcari, où la restauration se fait debout. Après une promenade à travers les calli et campi, il est recommandé de se laisser tenter par un en-cas rapide et simple : le choix du roi est le sandwich vénitien, deux tranches de pain adoucies par de la mayonnaise et de délicieux ingrédients.

Pour un déjeuner de style très traditionnel, les plats les plus populaires sont risi e bisi, la plus célèbre soupe vénitienne, castraure, une variété d'artichauts typique de la ville, sarde in saor (sardines), du foie à la vénitienne, bigoli in salsa (pâtes vénitiennes en sauce), du canard farci et des desserts tels que bussolai, fugasse, fritole et galani. Tous ceux qui visitent Venise trouveront une vue, un coin caché ou une œuvre d'art qu'ils ramèneront chez eux dans leur cœur. Qu'attendez-vous ? Réservez un vol Alitalia maintenant et partez pour Venise à partir de 53 € aller simple, tout compris.

TROUVER DES VOLS

DE
Saisissez la ville de départ
À
Saisissez la ville d'arrivée
Saisissez la date de départ
Saisissez la date de retour